Togo : A l’ANC, on doit arrêter de vilipender les autres.

0
350


La nouvelle posture de l’alliance nationale pour le changement (ANC), après le 20 décembre où les élections législatives se sont tenues au Togo, inquiète beaucoup de citoyens.

Les amis de l’opposition d’hier sont devenus aujourd’hui des ennemis à abattre.

Hier c’était le CAR et Me Agboyibo, après le Togo Autrement et Fulbert Attisso maintenant c’est le PNP et Tikpi Atchadam.

L’histoire nous fait savoir que depuis leur temps à l’Union des forces de changement (UFC, parti d’opposition) jusqu’à l’ANC avec des coalitions comme  FRAC, CST, CAP 2015 et récemment C14, Jean-Pierre Fabre et ses lieutenants n’ont fait que surfer sur le dos des paisibles citoyens en cherchant rien que leur propre intérêt.

Les esprits bien éclairés qui ont toujours fustigé leurs manœuvres n’ont jamais été compris jusqu’à ce que le pire n’arrive.

La dernière sortie de dame Isabelle Ameganvi (2e vice-présidente de l’ANC) avec des déclarations impopulaires à l’endroit du Parti national panafricain et son leader Tikpi Atchadam  ont montré ce qu’est réellement ce parti de l’opposition.

On prend l’ombre pour la proie et on vilipende tout le monde. Le gouvernement, la communauté internationale, les organisations sous régionales, régionales et même les partis d’opposition ont subi la politique de « si ce n’est pas moi alors rien ne doit marcher » du parti orange obligeant des personnalités digne de foi et des citoyens lambda à se demander le rôle de ce parti.

Exclusion, manque de considération, domination extrême, voilà quelques-uns des traits caractéristiques de l’ANC qui, dans toutes les coalitions, veut toujours jouer les premiers rôles alors qu’une maxime populaire fait savoir que « le leader n’est pas celui qui dirige et donne toujours des ordres mais offre l’opportunité à ses collaborateurs de devenir leader comme lui ».

Dans les coalitions avec l’ANC, aucun parti politique ou de la société civile ne peut diriger les choses ; même si ce n’est pas le parti orange à la tête, il faut que le dirigeant (e)  fasse la volonté du maréchal Fabre.

Nous sommes dans quel pays ? Que reprochons-nous alors au gouvernement si avec un petit périmètre de pouvoir qu’on a, on terrorise ses collaborateurs ?

Me Tchassona a juste appelé les citoyens « à titre conservatoire » à se faire recenser, il a été exclu de la C14, Fulbert Attisso ne partage plus les manières peu orthodoxes de gestion, il est vilipendé partout, affaires de 30 millions on a vu comment cela s’est passée et derrière tout ça des morts, des réfugiés, des prisonniers.

Les exemples des exactions du parti organe sont légions et aujourd’hui le monde entier est conscient du travail de ce parti au Togo.  

Nous y reviendrons.

La rédaction.

Réseaux Sociaux
  • 3
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages

LAISSER UN COMMENTAIRE